logo CNRS édition électronique en ligne                  drapeau Union Jack drapeau tricolore   ACCUEIL | PROJET | ÉQUIPE | CONTACT | ©
feuille Le Mystère des Actes des Apôtres
  logo ANR large














Le Mystère des Actes des Apôtres est attribué, par le manuscrit M et par l’imprimé A, à Simon de Greban. Celui-ci a fait partie de l’hôtel de Charles d’Anjou, comte du Maine, frère du roi René, jusqu’à la mort de son maître, le 10 avril 1473. Selon La Croix du Maine (Bibliotheque françoise, p. 456), Simon aurait achevé un travail commencé par son frère Arnoul, lui-même auteur d’un Mystère de la Passion.

Les Actes des Apôtres ayant été commandés par René d’Anjou, comme le mentionne le texte liminaire du manuscrit M, leur composition est a priori postérieure à la mort de son frère Charles (avril 1473), mais antérieure à décembre 1478, quand un document enregistre un don de 250 florins à Jean du Prier « en consideration des bons et agreables services qu’il luy faisoit chacun jour et mesmement pour certain livre ou histoire des apostres qu’il avait n’a gueres dressié et mis en ordre selon la matiere que ledit seigneur [= René] luy avoit baillé ».

L’analyse stylistique des Actes des Apôtres permet de penser que Jean du Prier, auteur de jeux et mystères au service de René pendant près de trente ans, n’est pas l’auteur du corps du texte (qui est bien Simon Greban), mais le document cité atteste qu’il l’aura partiellement « dressié et mis en ordre » pour son maître, peu avant (« n’a gueres ») décembre 1478.

Le texte des Actes des Apôtres a subi des modifications au XVIe siècle, à l’occasion de la représentation à Bourges en 1536, par le théologien Jean Chaponneau, puis lors de la représentation de Paris en 1541.

Avant consultation activer l'accès en cliquant, puis revenir à cette page.

 
page

Hôtel de Flandres, Paris, 1552
© CNRS